Si tu veux progresser au football il est important de faire son autocritique et se fixer des objectifs. Savoir regarder en arrière et être capable d’analyser ses qualités, ses défauts et compiler toutes ces informations pour, à la fois faire son bilan et établir un programme d’entraînement, est essentiel.

Parce que j’ai toujours envie de progresser je me suis fait mon propre programme et mes propres objectifs footballistiques pour l’année 2018 :

 

Soigner mes blessures

En tout premier lieu le plus important, c’est de soigner mes blessures. Ceux qui me connaissent le savent, je suis un blessé chronique. J’ai tout le temps mal partout. Avant de me remettre sérieusement au foot, j’ai fait 10 ans de breakdance. 10 années durant lesquelles je me suis abîmé les articulations : genoux, coudes, épaules, poignets… Aujourd’hui je subis de nombreuses séquelles de ces années d’acrobaties…

Une grosse déchirure de l’adducteur m’a obligé à arrêter le break. C’est une blessure que j’ai mal soigné et qui aujourd’hui, 7 ans plus tard, me fait toujours mal. Le problème, c’est que cette blessure a également entraîné un phénomène de compensation, qui a lui-même entraîné d’autres blessures à la chaîne. Ça a commencé par une grosse tendinite du genou droit il y a 2 ans, qui n’est toujours pas parti. Je joue régulièrement avec une genouillère quand j’ai vraiment trop mal. Mais ce n’est pas la seule blessure que je me traine. Douleurs à la cheville, inflammation du talon, tendinites poignets, coudes, épaules, contracture de l’omoplate chronique, douleur au dos. Je collectionne les blessures.

Il est grand temps que je me soigne, non pas que je n’ai pas tenté de le faire par le passé en enchaînant kiné et rééducation. D’ailleurs, quelqu’un a une solution miracle pour soigner ma tendinite au genou, et mes autres blessures ?

 

Améliorer mes appuis

On peut charrier Matuidi et sa posture un peu étrange quand il court, mais s’il a UN point fort, c’est la qualité de ses appuis, qui lui permettent d’enchaîner les courses et changements de directions sans se blesser. Tout le contraire de moi quoi.
Je suis très grand, ce qui est déjà un inconvénient en soi pour un sport qui demande autant de changements de direction et de changement de vitesse que le football. Mais en plus, j’ai cette fâcheuse tendance à me tenir dans des positions déséquilibrées, avec un centre de gravité très haut, ce qui m’empêche de changer de direction rapidement. En bref, j’ai besoin d’acquérir une certaine agilité.

Et ça, et ça me permettra de ne plus me faire prendre à contre-pied, parce que je vous avoue que j’en ai un peu marre de partir à gauche, de voir mon adversaire aller à droite, et d’être tellement lent et lourd pour démarrer, que le mec a eu le temps de partir, dribbler, marquer, célébrer son but, faire l’engagement, finir le match, rentrer chez lui, prendre sa douche, dormir… Pendant que moi je suis encore en train de faire mon changement de direction…

 

Améliorer ma stabilité par un bon conditionnement mental

Un de mes plus grands problèmes a toujours été une certaine instabilité mentale. En gros je suis capable de réaliser de très gros matchs et des gestes de grande classe, tout comme je suis capable d’être archi-nul, de tout rater, jusqu’au plus simple des contrôles. Bien sûr, le physique entre en jeu. Quand je me sens bien physiquement, je suis capable de mieux jouer. Ça, c’est valable pour tout le monde je pense.

Pour le meilleur et pour le pire

Mes coéquipiers me le disent souvent, ils ne savent jamais comment je vais jouer et croisent les doigts pour que je sois dans un bon jour… Quand je suis pas dans un bon jour, je peux être un vrai boulet pour mon équipe.

Je dois être capable d’apprendre à me conditionner pour jouer toujours à 100 % et pas arriver en me disant « Je me demande comment je vais jouer aujourd’hui ».

 

What else ?

Accessoirement, j’ai aussi envie d’avoir un plus grand impact physique (j’ai un physique imposant, il faut que je sache en profiter), avoir un cardio de charo, avoir une super accélération sur 5 mètres façon Messi, améliorer ma technique, apprendre de nouveaux gestes (réussir à placer utilement des gestes comme la virgule ou les passements de jambes, en match), et retrouver ma grosse frappe de balle, que j’ai perdu petit à petit en jouant moins offensif…

Voilà, le programme est chargé je crois…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaire
Nom